Exposition Olivier Gourvil, Urbanisme sur papier, La Terrasse - Espace d'art de Nanterre (92)

27 janvier 2017 - 30 Mars 2017
La Terrasse - Espace d'art de Nanterre, 57 Boulevard de Pesaro - 92 000 Nanterre
 
« Urbanisme sur papier »
 
Exposition collective du 27 janvier au 30 mars
Vernissage le vendredi 27 janvier 2017 de 18h à 21h
 
MARJORIE WELISH
OLIVIER GOURVIL
 
« Urbanisme sur papier » explore le rôle du dessin dans la fabrication de la ville. La collaboration artistique entre Marjorie Welish et Olivier Gourvil questionne les formes urbaines, telles qu’un artiste peut s’en emparer. Pour orienter et développer leurs approches, ils ont proposé en 2013 à Muriel Pagès, architecte et urbaniste, d’écrire un texte sur l’urbanisme : Fabriquer la ville avec la ville.
 
 
Marjorie Welish et Olivier Gourvil explorent les champs de la peinture. Les deux artistes conçoivent la création artistique comme un échange permanent. Ils se sont engagés il y a de nombreuses années dans un dialogue par emails.
Après que le duo ait décidé que leur collaboration n’impliquerait pas de travailler ensemble sur les mêmes dessins, les artistes ont conçu une approche inspirée par le scénario de la fin de la peinture « Barnett Newman a fermé la porte, Mark Rothko a baissé le store et Ad Reinhardt a éteint la lumière ». A partir de cette spéculation sur la fin d’une histoire et de la fermeture de son champ, les échanges ont alors porté sur des concepts, des plans structurels imaginés, qui pourraient, selon Olivier Gourvil, « trouver de nouveaux territoires en peinture ».
L’urbanisme n’est pas considéré ici dans sa dimension scientifique et analytique mais comme un territoire donnant lieu à des actions, des déplacements, des flux, de tous ordres où viennent s’affronter les régulations et les distorsions, l’ordre et le chaos. Les dessins de Marjorie Welish ont été réalisés à New York, ceux d’Olivier Gourvil à Paris et à Daebu-do, presqu’île au large de Séoul. Ces localisations en différents lieux démontrent l’évidence d’une expérience autant locale que globale que des artistes font de l’urbanisme et plus largement du territoire.
 
L’exposition présente deux séries de dessins. L’une est plus construite, diagrammatique et descriptive privilégiant le plan, les variations et les répétitions, tandis que l’autre plus narrative et gestuelle, s’ancre sur l’horizon, le lieu, l’événement, la scène. L’exposition révèle les fusionnements, les mixages et les recouvrements entre le texte de Muriel Pagès et les deux pratiques artistiques de Marjorie Welish et d’Olivier Gourvil. En ce sens, c’est dans la diversité du monde et des perceptions que la ville et le territoire se développent.